samedi 27 décembre 2014

Déclaration courageuse de Nabil Sharaf El Din : Le phénomène de disparition de filles coptes, c'est un plan !




Seulement quelques jours avant la chute du Président Morsi et du régime des frères musulmans, en juillet 2013, un homme juste, musulman, dénonce avec courage, en Égypte les pratiques contre l'humanité, faites aux femmes coptes, accrues sous le régime du Président Morsi.

Il s'agit de Nabil Sharaf El Din Journaliste, ancien Officier de Police et ancien Conseiller du Ministre de l'Intérieur.

Voici l'extrait de la conférence de Nabil Sharaf El Din Journaliste, ancien Officier de Police et ancien Conseiller du Ministre de l'Intérieur, à Paris, au siège de l'Organisation Franco-Egyptienne pour les Droits de l'Homme – OFEDH - le 29 juin 2013. Traduction de Mr Jean Maher, Président de l'OFEDH.


https://www.youtube.com/watch?v=0eksSsMWJjU

de 1min 02 à 3min 49s

« D'abord je voudrais dire une seul phrase, un seul commentaire à ce sujet, à propos de Magda et de ses filles et ce phénomène de disparition des filles coptes en Égypte.

Par mon expérience personnelle pendant 14 ans, j'ai été le directeur du Bureau de divers ministres de l'Intérieur, j'ai démissionné le premier jour lorsque Habib el-Adely a pris le Ministère de l'Intérieur. Nous connaissions son histoire.

Le phénomène de disparition de filles coptes, c'est un plan !

Qui n'a pas comme objectif d'augmenter le nombre de musulmans, on est suffisamment nombreux, merci à Dieu, mais il a comme objectif l'humiliation et briser la société copte.

Et dans ce cas avec beaucoup de respect pour vos sentiments, je peux dire que la responsabilité peut-être distribuée à différentes personnes et également la complicité de l’État.



Donc si nous avons des actions à prendre ce n'est pas en mettant cela en public, et la proposition qui est faite, ce n'est pas nécessairement en mettant les choses comme ça devant tout le monde, pour que ça serait nécessairement le plus efficace... »

L’Organisation Franco Égyptienne pour les Droits de l’Homme OFEDH œuvre, principalement en France, en Europe et en Égypte, pour la promotion de la culture démocratique d’égalité entre les êtres humains, de liberté, et de l’ensemble des droits fondamentaux proclamés par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. Contact: contact@ofedh.org Site web: www.ofedh.org

Quelques jours après, voyait la chute du Président Morsi. Cet extrait du Figaro, commente l'évènement : http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/08
* * *
« La seconde révolution égyptienne (dont le déroulement fut pratiquement identique à celui de la première) a secoué le Moyen-Orient presque autant que la chute de Moubarak en 2011. La chute rapide de Mohammed Morsi et du gouvernement des Frères musulmans au Caire a fait voler en éclats un paradigme qui servait de grille de lecture à presque toutes les analyses régionales, chez les partisans comme les adversaires du mouvement: celui selon lequel l'islamisme serait appelé inéluctablement à triompher. En démontrant que les Frères n'étaient qu'un parti politique comme les autres, l'Égypte vient à nouveau de faire trembler le Moyen-Orient. Les réactions internationales témoignent de la confusion dans laquelle les événements d'Égypte ont plongé la région.
L'Arabie Saoudite et le Qatar, les deux sponsors traditionnels de l'islamisme à travers le monde, ont salué presque les premiers la chute du président islamiste. L'inimitié traditionnelle de l'Arabie saoudite envers les Frères musulmans, officine concurrente et surtout indépendante de la sienne, explique en partie cette prise de position surprenante. Plus étonnant, le Qatar, dont la chaîne al-Jazeera se fait partout l'avocat de l'islamisme au point d'avoir été fermée par l'armée égyptienne le jour de la chute de Morsi, a lui aussi salué le changement de régime. »
* * *

Aujourd'hui, 

qui subventionne le groupement Boko Haram

qui kidnappe tant de jeunes femmes chrétiennes

pour terroriser les chrétiens du Nigéria et l'humanité ?


RESPECTE-MOI ! 

mardi 11 novembre 2014

Pétition : 'Respecte moi !' sur Change.org

La pétition 'RESPECTE MOI !' : http://chn.ge/1bWhFR5 oeuvre pour que l'on cesse de

convertir des femmes égyptiennes, nigériannes et pakistanaises, chrétiennes et encore des israéliennes juives, par kidnapping et mariage forcé.Il s'agit bien pour l'Egypte, le Pakistan, Israel, le Nigéria de dénoncer les exactions commises contre des jeunes filles chrétiennes ou juives toujours par des musulmans fanatiques pour des raisons idéologiques, religieuses et politiques que ce soit sous les frères musulmans ou d'autres sectes intégristes.Cette pétition s'adresse à plusieurs chefs d'Etats pour qu'une enquête révèle les structures politiques qui en sont à l'origine, pour qu'elles soient jugées par le tribunal de leur pays ou la Cour Pénale Internationale comme crime contre l'humanité.


Un grand merci en hommage à ces femmes et leur dignité, de signer et de faire circuler cette pétition : http://chn.ge/1bWhFR5


Le Collectif 'Respecte-moi !'Charbel Rafka


Cette pétition s'adresse aux chefs d'Etats suivants :


Président de la République française,François Hollande

Président du Conseil européenHerman Van Rompuy

Secrétaire générale des Nations UniesBan Ki-Moon

Monsieur le Président de la République Arabe d'EgyptePrésident de l'Etat d'IsraëlShimon Peres

Président de la République islamique du PakistanMamnoon Hussain

Président de la République Fédérale du NigériaEbele Azikiwe Jonathanavec comme demande :

Excellences,
Qu'il vous plaise, au nom des valeurs communes à l'humanité et pour arrêter ces violences faites aux femmes pour cause de religion différente, d'instruire vos ambassadeurs au Conseil de sécurité de l'ONU pour enquêter pour que les conversions par kidnapping et mariage forcé révèlent les structures politiques qui les organisent et soient jugés par un Tribunal et d'ajouter au Statut de Rome, article 7 'Crimes contre l'humanité', paragraphe 'grossesse forcée', la mention 'ou religieuse' afin que l'on puisse à l'avenir lire :
'Par « grossesse forcée », on entend la détention illégale d’une femme mise enceinte de force, dans l’intention de modifier la composition ethnique ou religieuse d’une population'.
Très cordialement,

[Votre Nom]

dimanche 9 novembre 2014

Message d'Amour de jeunes égyptiens dans l'Eglise Amir Trados Shotbi en ruine

Je vous invite à écouter ces jeunes égyptiennes et égyptiens qui chantent un message d'amour, au sein des ruines de l'église Amir Trados Shotbi, à Minya en Egypte et détruite le 14 août 2013.


Cette vidéo a été saluée sur KTO, avec le sous-titrage français :

http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveautes/cathobuzz-cathobuzz/00081505




Cette vidéo est parue sur Dailymotion en sous-titrage anglais :

jeudi 19 décembre 2013

'Une ministre britannique musulmane prend la défense des chrétiens d’Orient.' la Croix 19 novembre 2013

Chargée des religions dans le cabinet britannique, et numéro deux du Foreign Office, la ministre britannique Sayeeda Warsi alerte sur la situation des chrétiens d’Orient.

Cette musulmane d’origine pakistanaise, affirme avoir eu des « discussions franches » avec plusieurs ministres pakistanais à ce sujet.


« De plus en plus souvent, la religion est utilisée comme un moyen de division, de ségrégation, de discrimination et de persécution. Partout dans le monde, les gens sont pris pour cible et chassé simplement pour la foi qu’ils suivent ou leurs convictions. Bahaïs, chiites, sunnites et alaouites… Mais aussi hindous, sikhs, les athées. Mais
aujourd’hui, je veux me concentrer sur une religion qui souffre particulièrement à la suite des bouleversements que vit le Moyen-Orient : le christianisme. »
Ainsi s’est ouvert le discours de Sayeeda Warsi, ministre britannique chargé des religions et également numéro 2 du ministère des affaires étrangères, vendredi 15 novembre à l’Université de Georgetown, à Washington. Intitulé « Une réponse internationale à une crise globale », et publié sur le site Internet* de Lady Warsi, il appelle la communauté internationale à accroître ses efforts en matière de « tolérance religieuse ».
Sur un ton parfois personnel – racontant son découragement lors d’une visite en Terre Sainte à la vue « d’églises désertes à Bethléem, là où leur foi est née » – la jeune ministre de 42 ans a livré un réquisitoire contre les « persécutions » et « punitions collectives » dont sont victimes les chrétiens dans plusieurs pays du Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Pakistan et en Iran.
Pour des raisons diverses, a-t-elle convenu, « guerres civiles, troubles sociaux et corruption, transition politique, l’autoritarisme ou encore terrorisme ». Mais très souvent, regrette-t-elle, « la foi est utilisée en appui de ces autres divisions ». Confronté à « un « exode de masse (…), il existe un réel danger que le christianisme disparaisse dans certaines régions », prévient-elle.

* http://sayeedawarsi.com/2013/11/16/an-international-response-to-a-global-crisis-speech-at-georgetown-university-washington-dc/
 

Pas une menace pour l’identité

Alors que faire ? Ses nombreux voyages à l’étranger ont évidemment montré à la jeune ministre l’insuffisance des lois – « certains des États les plus répressifs au monde garantissent théoriquement la liberté religieuse dans leurs constitutions » – elle appelle la communauté internationale à faire de cette liberté, inscrite à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la « priorité », « comme l’a fait le gouvernement britannique ».

Témoignant de son expérience personnelle – l’arrivée de sa famille du Pakistan dans les années 1960, sa vie de « pratiquante d’une religion minoritaire, l’islam, dans un pays à majorité chrétienne » – celle qui est devenue en 2010 à la fois chef du parti conservateur et première musulmane ministre dans un gouvernement britannique en tire une conviction : « On dit parfois que les sociétés ont besoin de diluer leur foi afin de s’adapter aux autres. Mon expérience du pluralisme (en Grande-Bretagne) m’a montré le contraire. Je sais que la présence d’autres religions n’est pas une menace pour une identité ».
C’est donc au sein des organisations internationales (ONU notamment), dans ses relations bilatérales ou encore avec les ONG qu’elle tente désormais de faire reculer l’idée selon laquelle « il y aurait un monde musulman et un monde chrétien ». Quitte parfois à engager des « conversations très franches » avec des ministres au Pakistan, comme la jeune femme l’a raconté sur la radio BBC 4, pour leur rappeler « que les hauts responsables politiques ont le devoir de dénoncer la persécution et établir une norme pour la tolérance ».

Argument financier

Dans ce combat, elle n’hésite pas à faire valoir l’argument financier. « Mesdames, messieurs, la persécution est mauvaise pour les affaires ! Protéger les minorités est la bonne chose à faire moralement, mais c’est aussi la bonne chose à faire socialement, économiquement et politiquement », a-t-elle lancé aux Américains venus l’écouter à Washington.
« La recherche universitaire, y compris ici à Georgetown, a prouvé le lien entre la liberté religieuse et la capacité d’une société à prospérer ». Enfin, la réponse à cette crise ne doit pas être « elle-même sectaire », estime la ministre. « Lorsqu’une bombe explose dans une église pakistanaise, la nouvelle ne doit pas se répercuter à travers les communautés chrétiennes mais remuer le monde entier. »
À ses yeux, le « consensus international existe », sous la forme d’une résolution du Conseil des droits de l’homme sur le traitement des minorités et la tolérance envers les autres religions. L’enjeu, désormais, est de l’appuyer sur une « volonté politique », rapporte le quotidien britannique The Guardian dans l’article qu’il lui a consacré**. « La façon dont une minorité est traitée après un incident extrémiste est très dépendante de la tonalité que les politiques ont fixée. Ceux-ci ont donc la responsabilité de donner le ton, pour marquer les limites juridiques de ce qui sera ou ne sera pas toléré. »
A.-B. H.  

 ** http://www.theguardian.com/world/2013/nov/15/christianity-risk-extinction-persecution-minority-warsi



'L'exode des chrétiens , une souffrance pour les Églises d'Orient.' la Croix 21 nov 2013

L'exode des chrétiens, une souffrance pour les Églises d'Orient.

La Croix jeudi 21 novembre 2013

Face à « un exode de masse », il existe un réel danger « de voir le christianisme disparaître dans certaines régions ». Une fois n'est pas coutume, ce constat n'émane pas d'un spécialiste de l'Orient chrétien mais d'une ministre britannique, qui plus est musulmane. Dans un long réquisitoire contre les « persécutions » et les « punitions collectives » infligées aux chrétiens en Syrie, en Iran ou au Pakistan, Sayeeda Warsi, chargée des religions au sein du gouvernement britannique, et numéro deux des affaires étrangères, a formulé ce constat la semaine dernière devant l'université de Georgetown à Washington : « Guerres civiles, troubles sociaux, transition politique ou encore terrorisme » contribuent à fragiliser les chrétiens dans ces pays où la foi est trop souvent utilisée en « appui » des divisions, a-t-elle argumenté, en référence aux courants islamistes en plein essor au Proche Orient.

Anne Bénédicte Hoffner et François-Xavier Maigre

 


jeudi 21 novembre 2013

'La femme grillagée' de Pierre Perret -2010

Écoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait su mieux faire
Elle se veut discrète et légère
Un frisson d´eau sur de la mousse
C´est la complainte de l´épouse
De la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen Âge
Que la honte les éclabousse

{Refrain:}
Quand la femme est grillagée
Toutes les femmes sont outragées
Les hommes les ont rejetées
Dans l´obscurité

Elle ne prend jamais la parole
En public, ce n´est pas son rôle
Elle est craintive, elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n´a droit qu´à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

{au Refrain}

Elle respecte la loi divine
Qui dit, par la bouche de l´homme,
Que sa place est à la cuisine
Et qu´elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu´elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

{au Refrain}

Jusqu´aux pieds, sa burqa austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

{au Refrain}

Jeunes femmes, larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l´obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en, mettez les voiles

{au Refrain}

Magnifique chanson que l'on peut voir et écouter interprétée par Pierre Perret :
http://www.youtube.com/watch?v=3NV_qH7ZYSU

mardi 19 novembre 2013

Religion imposée par mariage, en France




Je l’aime Allah folie

Yveling Rambaud
14,95 € 
Hugo et Cie éditions
07/03/2013 
Présentation de l'ouvrage sur le site de l'éditeur :
http://www.hugoetcie.fr/content/search?SearchText=allah
On célèbre en France, chaque année, 3 à 4000 mariages mixtes franco-marocains. En 2012, ma femme et moi sommes rentrés dans ces statistiques. Notre union n’a rien d’exceptionnel. Pourtant, en janvier 2012, nous avons eu droit, à cette occasion, à une couverture presse étonnante. Simplement parce que j’ai soulevé un lièvre incroyable : les mairies françaises, laïques et républicaines, refusent de marier un Français à une Marocaine sans la délivrance d’un document (un “certificat de coutume“) dont l’établissement impose au futur conjoint la conversion à l’Islam. « Quand les maires français se prennent pour des imams », titrait alors Sylvie Coma dans Charlie Hebdo . On n’en est effectivement pas loin.
Mais ce n’est pas le seul obstacle qui se dresse face à l’amour interdit d’une musulmane et d’un mécréant ! En 3 ans de notre histoire, on ne nous a rien épargné. En France, comme au Maroc, les autorités administratives ou religieuses, certains membres de nos familles n’ont cessé d’ériger des murs entre Hind et moi pour tenter de nous séparer. Et cela a bien failli fonctionner, tant ces amours parjurent sont difficiles à faire durer, tant nos cultures, nos religions, nos modes de vie et de pensée sont différents, pour ne pas dire incompatibles. Nous sommes encore ensemble pourtant, avec un bébé de 2 ans, maintenant. Mais rien n’est encore gagné.
Reste une question, éternelle : l’amour entre une musulmane et un mécréant est-il vraiment possible ? En tentant de le prouver, ma femme, nous posons tous les jours la question.C’est à ce combat pour l’amour  face à une adversité colossale que nous invite à suivre Yveling Rambaud dans un témoignage sincère, lucide et sans mièvrerie. Le combat d’un homme qui ne veut pas abdiquer l’amour qu’il porte à sa femme et que beaucoup veulent lui refuser.Le témoignage crucial de Yveling Rambaud nous fait comprendre toutes les réalités qui se cachent derrière le concept de « choc de cultures ». Un document choc, une formidable histoire d’amour dont la médiatisation sera importante de part la nature du sujet et la personnalité de Yveling Rambaud.